Marie est un zèbre

Le manque de confiance en soi

Aujourd’hui , j’avais prévu d’écrire un article mais je me suis ravisée.

Pourquoi ? Parce que je me suis dit que quelqu’un avait déjà écrit sur ce thème et forcément mieux que moi.

C’est toujours un plaisir formidable lorsque j’écris.

J’ai d’ailleurs, beaucoup de pages remplies d’idées, de textes.

Mais en un instant, cette idée que je trouvais exceptionnelle, qui me remplissait de joie, devient une source de désespoir .

Après tout, qui suis-je pour penser écrire ?

D’accord, je suis censée avoir un très bon raisonnement verbal mais est-ce que cela suffit pour alimenter un blog, et écrire un roman.

Rien que rédiger cette phrase me met mal à l’aise .

Je vous présente mon quotidien, ponctué d’un énorme manque de confiance en moi.

Quoi de plus simple pour expliquer ce que je vis chaque jour, moi la soi-disant surdouée.

Je déteste tellement ce mot !!

J’accepte haut potentiel et avec une grande réserve, zèbre c’est bien.

Bref, je me lève le matin, prête à déplacer des montagnes, j’ai de multiples projets, tous aussi étourdissants les uns que les autres.

Et puis, le doute s’immisce …

Les pensées dévalorisantes fusent.

Celles qui vous bloquent et vous montre le regard de l’autre sur vous même.

Celles qui vous rendent ridicules.

A cet instant, je commence à hésiter, à avoir peur de la critique.

Ce qui n’arrange rien, c’est la facilité des gens à déprécier.

Mais moi, je prends tout au pied de la lettre, tout à coeur.

Une phrase sans importance pour eux a créé un tsunami dans ma petite tête.

Mon cerveau trop rapide, a déjà anticipé tout ce qu’engendre cette réflexion innocente, et je me bloque .

Je me dis que je suis nulle, que je n’arriverais pas à écrire cet article.

Et paf, je me mets à procrastiner .

C’est génial la procrastination parce que je peux oublier mon manque de confiance, quelques minutes, voire quelques heures .

Bien évidemment, en réalité c’est reculer pour mieux sauter.

Sauter dans le vide de l’angoisse.

La perfectionnisme qui fait partie intégrante de mes particularités, m’incite également au doute.

Je mets une semaine, voir deux pour écrire un article.

Il n’est jamais assez bien.

Parfois, lorsqu’il est publié, j’ai envie de le supprimer pour le réécrire.

Ma faculté à voir les détails met le doigt sur les imperfections du dit article.

Ma curiosité me pousse à visiter d’autres blogs, lire certains écrits sur le sujet que je vais traiter afin de compléter mon propre ressenti de HP.

J’observe et ma grande lucidité met en évidence les faiblesses de mon texte.

J’ai choisi l’exemple du blog parce que ces jours derniers j’étais vraiment dans l’incertitude le concernant, mais je doute sur tout en général.

C’est ma réalité.

Je ne pense pas que j’ai le monopole du manque de confiance en soi, en tant que zèbre.

Une enfance particulière, un accident de la vie peut provoquer un mal-être tel que celui-ci.

La différence avec les hauts potentiels, est que nous sommes nés avec cette déficience .

Un petit bonus parmi tant d’autres.

Mélangez avec un peu d’hypersensibilité et vous obtenez un zèbre à fleur de peau, incapable de profiter de ses capacités.

A présent, je m’en vais réfléchir à mon prochain article …

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *